Image de la vie rurale percheronne - Vivre à Saint Aubin des Grois

Aller au contenu

Menu principal :

Image de la vie rurale percheronne

EGLISE


C’est pendant la seconde moitié du XVIe siècle que la petite église de Saint-Aubin-des-Grois est remaniée à partir d’un édifice plus ancien remontant à la période romane. Un cimetière attenant a été construit.

L’église bénéficie d’une sacristie dont on retrouve trace dans les archives dès 1701 et d’un presbytère de la même période.

Un des mécènes, Pierre Vasseur, meurt pendant la réalisation des travaux en 1756. En reconnaissance de ses dons, le curé autorise son inhumation à l’intérieur de l’église, près de la porte donnant dans le cimetière. Sa dalle funéraire est toujours visible et on peut lire les restes d’une inscription «décédé le 31 juillet 1756, agé de 71 ans, requiescat in pace» accompagnée de 2 têtes de mort couvertes de 2 tibias.

Des fonts baptismaux en pierre dure sont installés dans le bas de l’église du côté de l’Epître et portent la date de 1578, année où le roi Henri III posa la première pierre du Pont Neuf à Paris.

Un petit clocher est installé sur le toit de la nef au-dessus de la porte d’entrée.

L’église se compose seulement d’un chœur et d’une nef. Il y a 3 autels, un maître autel au fond de l’abside et 2 autels secondaires sur les côtés.

Le 25 avril 1794, tous les ornements (objets en cuivre, en bronze et en argent dont quelques chandeliers, un ostensoir, un calice et sa patène en argent) ont été envoyés à la monnaie pour être fondus et payer les guerres de la République. Durant l’année 1794, la France connut la Terreur avec ses 16 594 victimes, ses 500 000 arrestations, l’exécution de Robespierre et de Danton.

 
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu